« J'appelle image d'abord les ombres ensuite les reflets qu'on voit dans les eaux, ou à la surface des corps opaques, polis et brillants et toutes les représentations de ce genre »
Platon


MECANIkA : pour un théâtre d’image


MECANIkA a pour objectif le développement et l’exploration de la marionnette actuelle, en interaction avec d’autres champs artistiques contemporains, sous une forme nommée théâtre d’image.

MECANIkA est un regard sur la réalité actuelle et sur la manière dont nous en sommes les référents. Les différentes réalisations de Paulo Duarte au long de son parcours, que ce soit dans le milieu des arts visuels ou du spectacle vivant, constituent un regard spécifique et singulier, dans une réalité métaphorique et contemporaine.
Ses propositions recherchent continuellement l’image traductrice de sens, celle du premier élan, qui constitue le moteur d’un projet, jusqu’à l’image qui constituera la représentation visuelle/plastique. Celle-ci peut être naturelle ou artificielle, visuelle ou non, tangible ou conceptuelle; elle peut entretenir un rapport de ressemblance directe avec son modèle ou au contraire y être liée par un rapport plus symbolique. L'image est conçue par un langage spécifique. Les traductions, ou mieux, les interprétations constantes par des images, créent une vérité complexe, nouée de paradoxes. Quand bien même celles-ci paraissent sans ambigüité. L’image ouvre l’espace, complexifie le réel.

« Jamais, semble-t-il, l’image – et l’archive qu’elle forme, dès lors qu’elle se multiplie un tant soit peu et que l’on désire recueillir, comprendre cette multiplicité -, jamais l’image ne s’est imposée avec tant de force dans notre univers esthétique, technique, quotidien, politique, historique. Jamais elle n’a montré autant de vérités si crues ; jamais, pourtant, elle ne nous a autant menti en sollicitant notre crédulité; jamais elle n’a autant proliféré, et jamais elle n’a autant subi de censures et de destructions. »

Georges Didi-Huberman (1)

Dans la multiplicité des possibles, l’image est traitée comme un langage ouvert, multidirectionnel.

L’intérêt des nouvelles technologies, au niveau conceptuel ou comme source première, réside dans leur capacité à démultiplier l’espace réel et symbolique. Notamment en ce qui concerne internet, comme le dit Boris Beaude (2) « il augmente les virtualités spatiales et articule pleinement les échelles, autorisant des interactions inédites ».

Un théâtre d’image pour sa traduction métaphorique du réel, par sa représentation des idées et des lieux.

Concernant plus spécifiquement la marionnette contemporaine, la relation entre le corps manipulé et le corps manipulateur part d’un constat de disparition de d’apparition continuelle, d’aller et de retour entre la présence et l’absence, entre une place de premier spectateur pour le manipulateur, et celle d’être tour à tour « agi » par l’autre et agissant sur l’autre, entre l’image « réel » et « irréel », matière et spectre. L’architecture dramaturgique particulière qui sort de ces croisements est liée par les thèmes choisis, relativité des sens, virtualité du réel, et aussi par les divers médiums/genres d’image.
Le côtoiement entre l’univers des arts plastiques et les particularités du spectacle vivant prend une place prépondérante dans la recherche d’une compréhension de l’environnement contemporain. La recherche dramaturgique qui découle de ces univers est intrinsèque à la thématique de chaque projet,
avec plusieurs lectures possibles. Le réel devient virtuel et vice-versa, la scénographie, les objets et marionnettes agissent en tant que métaphores du monde contemporain, dans un langage à la fois poétique et onirique.


Le parcours de Paulo Duarte, que ce soit dans ses activités individuelles ou dans la coopération avec d’autres artistes, s’inscrit dans une réflexion autour du mode de fonctionnement, d’organisation, de puissance et de la responsabilité au sein des différents projets et structures. Chaque projet tente de trouver un équilibre approprié entre les éléments qui le constituent; chaque mode de collaboration tente de trouver sa définition, en articulant le désir et les compétences, multipliant ainsi la capacité d’élaboration artistique.... Les frontières poreuses des différents langages servent la liberté d’expérimentation qui va de l’art contemporain à la danse, au théâtre, au cirque, au son, aux nouvelles technologies...

"L'ART DOIT INTERVENIR À L'ENDROIT MÊME OÙ QUELQUE CHOSE FAIT DÉFAUT"
B. Brecht

La compagnie MECANIkA est conventionnée par le Conseil Départemental de l'Hérault

(1)« Penser Par les Images » autour des travaux de Georges Didi-Huberman
– textes réunis par Laurent Zimmerman –
Georges Didi-Huberman, Arnaud Rykner, Karin Winkelvoss, Estelle Jacoby, Martine Créac’h, Muriel Pic
Éditions Cecile Defaut - 2006
(2)« Internet – changer l’espace / changer la société », Boris Beaude
Éditions fyp – 2012